AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lorsqu'une vie défile devant vos yeux.

Aller en bas 
AuteurMessage
Cassandre
Profane
avatar

Nombre de messages : 17
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 21/01/2007

Feuille de personnage
Esprit:
8/100  (8/100)
Corps:
5/100  (5/100)
Lien:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Lorsqu'une vie défile devant vos yeux.   Mer 2 Mai - 4:13

Lorsqu'une vie défile devant vos yeux
ou L'enfance de Cassandre

Cassandre n'avait qu'un an lorsque ces parents étaient tombés. Elle aurait su dire quel jour exactement il était, à l'époque, c'était ses début dans le langage. Elle avait fait le bonheur de ses parents en sachant déjà parler une lange rudimentaire à ses 10 mois. Et elle n'avait pas eu beaucoup de mal à complexifier son vocabulaire, enfin rien de très important simplement, ils avaient toujours eu l'impression qu'elle assimilait les mots après une ou deux écoutes, tant qu'il ne s'agissait que de vocabulaire courant.

Elle n'avait pas encore 13 mois que le funeste jour de leur mort était arrivée. Elle qui avait toujours eu une passion maladive pour le feu, à la limite de la fascination avait étonné ses parent en prononçant comme premier mot audible, un nom ou un prénom, quelque chose que même eux ne connaissaient pas encore : Apall. Ils découvrirent grâce au livre que ce prénom était celui d'un éthéré du feu, un très ancien esprit dont la description était très sommaire étrangement sommaire. Devant l'interrogation que leur posait cette nouvelle, ils en conclurent qu'ils avaient du comme ils le leur arrivaient de temps en temps recevoir des informations récente sur cet esprit, et qu'ils avaient du prononcé son nom que leur jeune fille avait ensuite retenu. Le jour de leur mort, les parents de Cass avaient cherché à la protéger des intrus venus récupérer dans leur grotte le livre qu'ils devaient protéger. Ils mirent alors leur fille à l'abri dans une paroi secrète façonnée à même le roc par magie. Il était difficile de l'ouvrir de l'extérieur sans en connaître l'emplacement en effet le mécanisme était commandé par une simple pression de l'index sur un interstice pas plus grand qu'un pouce. De l'intérieur, cela n'était pas possible de l'ouvrir.
Une fois les assaillant vainqueurs, ils s'attaquèrent à la recherche du livre. Chaque étagère fut vidée, chaque meuble désossé, chaque coussin éventré, ils allèrent même sur le coup de la colère à taper sur le roc pour voir s'il n'était pas creux. Aucune paroi de roc brut n'eut le moindre tintement, à chaque fois qu'ils entendaient se son opaque et sourd leur rage augmentait. La cache ne fut pas épargnée, mais la magie qui la protégeait permis à la petite fille d'échapper à son funeste destin, pour laisser place à un autre destin tout aussi funeste...
Les mécréants face à leur carnage firent tout brûler, ils imbibèrent d'essence les rideaux et firent craquer une allumette la jetant ensuite sur les tissus d'un ancien temps. Ils partirent ensuite conscient qu'en embrasant la grotte, il venait de détruire leur chance d'avoir un jour le livre.

Cassandre dormait dans son petit nid douillet grâce à la couverture avec laquelle elle avait été enveloppée, mais l'odeur acre de fumée la réveilla, et la jeune fille commençant à étouffer, appela à l'aide, bizarrement, elle appela cet esprit du feu : Apall qu'elle connaissait depuis un moment, et avec qui elle avait joué quelques temps avant de se faire retirer précipitamment de devant les flammes par son père. Elle l'appela à plein poumons, jusqu'à ne plus pouvoir le faire, la peur l'ayant envahie. La fumée lui piquait les yeux et la chaleur de son nid commençait à devenir trop importante, elle n'avait plus d'autres réactions que de pleurer de toutes les larmes de son corps. C'est à ce moment là qu'un jeune homme passa ses bras par l'embrasure de la cache nouvellement ouverte, et prit d'une main assurée, le nourrisson assommé et intoxiqué par la fumée ainsi que le livre si précieux pour les deux mondes.
Une fois sortie devant la grotte, à l'abri des regards derrière des branchages, le garçon prit soin de s'occuper de la jeune fille. Tout être humain auraient déguerpit en courant, mais la petite fille elle se mit à sourire malgré toutes les douleurs qu'elle ressentait. L'esprit était là devant-elle, cet homme enflammé était effrayant, mais pourtant tout en lui inspirait le calme et la sagesse. A chaque fois que l'esprit touchait la petite fille, c'était comme un fil doré restait attaché entre elle et lui pour disparaître aussitôt. Puis, il prit la place du frère qu'elle n'avait jamais eu et il s'occupa d'elle. Lui qui ne savait pas comment s'occuper d'humain avait veillé à apprendre en observant les parents de Cassandre. Il avait ainsi appris qu'elle mangeait des fruits et des légumes coupés très finement. Son problème était qu'il ne savait pas encore si elle pouvait attraper quelque chose qu'il lui donnerai, de toute façon il devrait tester pour le savoir. Le livre, ne lui répondait pas à lui, mais à elle si, et celui-ci retenait un secret bien grand qui faisait que dans les temps anciens où Médian était peuplé, les nourrissons étaient souvent menés jusque dans la jungle. Ce lieu était très proche du monde des éthérés, et les nourrissons étaient les plus réceptifs à ces autres être qui étaient tout comme nous destinés à se lier un jour. Apall n'avait donc pas tant de soucis à se faire, tant qu'il ne poussait pas trop le lien qui les unissaient, il serait capable de s'occuper de la petite fille dont il avait la garde.
Il entendit un bruit, c'était un des hommes qui revenait sur ses pas, voir si tout brûlait bien, il repartit en lâchant une ribambelle de jurons, ainsi qu'un : " Je reviendrai. " Apall compris qu'il ne pouvait en aucun cas rester ici, c'était trop dangereux pour elle et surtout pour le livre, elle en était la gardienne, une gardienne bien incapable vu son jeune âge, mais tout de même. Lui vint alors une idée, pourquoi ne pas allez demander à Sanaël l'autorisation de la faire entrer dans leur monde, et ainsi de la cacher, et de lui cacher du moins aussi longtemps que possible le monde des "humains" si l'on peut réduire ainsi la population de ce monde, c'est ainsi que le jeune homme prit l'enfant dans sa couverture, ainsi que le livre et il se dirigea vers le coeur même de l'île, la jungle qui régnait alors, elle n'est plus aujourd'hui qu'une foret dense et extrêmement originale pour sa diversité.

Lorsqu'il arriva devant leur lieu de rencontre, il était en retard. Il avait complètement oublier leur réunion, quel tête de linotte celui-ci, il n'apprendrait donc jamais rien. Il arriva donc avec l'enfant devant le conseil furieux. Celui-ci en voyant cette humaine ne fit qu'un unique bon, aussi bien les éthérés élémentaires que les plus sages ne comprenaient pas ce comportement si étrange. Apall était le plus jeune et le plus fou d'entre eux, mais de là à amener une humaine, il y avait une marge, pourquoi avait-il fait ça ?
Ce fut Sanaël qui reprit le plus vite le dessus, il devait y avoir une raison, et il demanda à Apall de leur expliquer, ce que le jeune esprit ne tarda pas à faire. Les esprit furent tous touchés par l'histoire, et lorsqu'Apall leur montra le livre, ils purent vérifiés que chacun de ses dirent étaient déjà inscrit dedans. Cet objet n'était pas corruptible, il avait sa volonté propre et se servait de l'âme même des lieu de l'esprit de chacun ici pour établir une vérité la plus impartiale possible. Apall fit alors une demande, celle de garder Cassandre, la gardienne du livre, ainsi que le livre. Tous les yeux se tournèrent vers Sanaël, c'était lui la personne qui on ne sait pourquoi à ce petit quelque chose qui la met au dessus des autres, il était aussi sage que plusieurs autres éthérés, il avait les même qualités que beaucoup de membres du conseil, mais un petit on ne sait quoi qui faisait que... il avait été désigné comme chef.
Apall ne sut comment il avait obtenu cette faveur, mais il l'avait bien obtenu, faire rester Cassandre ici, et surtout dans leur monde, cachée de celui des humains. Cette petite apprenait vite, elle avait réussit à faire quelque chose que éthérés et humains ne savaient faire que lorsqu'ils étaient en phase depuis un long moment, cela ne venait pas ainsi d'un coup. Mais Apall ne s'en plein aucunement, de cette chance qu'il avait de se lier enfin après toutes ces années.
Apall mena Cass à l'endroit qu'il considérait comme son chez lui, un petit coin tranquille, entouré de flambeaux, où certaines nymphes aimaient à se balader et discuter avec lui. Il adorait pour ainsi dire cet endroit, même si aujourd'hui, il devait trouver un coin tranquille pour garder Cass et le livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lorsqu'une vie défile devant vos yeux.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Papillon en montagne (avec yeux sur les ailes) [Résolu]
» Yoga des yeux
» Eclairage Led : attention aux yeux
» Thunbergia - suzanne aux yeux noirs
» idée pour le devant de ma maison...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Onirie :: Hors RP :: Chroniques Etherées :: Rêves-
Sauter vers: